OUI A DIEU MANDELA, ET DESORMAIS VIVE LE REMORD ET LA HONTE SOUTERAINE

14 janvier 2014 0

Mandela s’en est allé ! Vive Mandelà, Vive Madiba !

Car enfin pour certains impatients hélas Mandela va désormais devenir ce que nous aimons tant bâtir en Afrique,   en lieu et place de bâtir l’Afrique – Un monument parmi tant d’autres !  Depuis deux ans le monde entier s’empresse d’annoncer son décès, sans cesse démenti par sa résistance physique, oui le résistant a encore fait parler de lui !
Pendant que la presse l’annonçait Mort il y a un an, Madiba se remettait tant bien que mal de son infection pulmonaire, au désespoir de ceux qui nombreux s’impatientaient de le voir enfin mort pour organiser des funérailles internationales, scander leurs discours
presqu’aussi stériles qu’hypocrites. L’état hébreu absent de ses obsèques  se souvient brusquement l’avoir entrainé au maniement des bombes, avec l’ambiguïté qui consiste laissé croire qu’il fut un terroriste, également soutenu par ceux qui soutenaient l’Apartheid, sourire…Certains qui n’ont jamais fait le déplacement  pour se retrouver à
son chevet, ou certain dirigeants qui n’ont jamais osé prendre conseil auprès du Sage, ni même lui passer un discret coup de fil et pour Cause ! La honte inavouée, le ressentiment d’une bassesse coupable et la sensation de vide permanent qui peut habiter un homme politique qui au soir de sa vie ne peut citer aucune réalisation pour laquelle
Madiba puisse ne serait-ce que le féliciter. Conversations
Oui Car que peut être une conversation entre Madiba et Barack Obama: « Mais au fait président, votre assurance Maladie qui porte votre nom, permet-elle aux démunies d’avoir accès aux soins ? Ou bien cher Barack comment se fait-il que certains combattants des libertés noirs et ancien black panthers soient encore prisonniers politiques sous votre présidence ? Imaginez la gêne qui pourrait être celle d’Obama.
Mugabé aurait-il eu le courage de le laisser entendre dire : «  Oui mais Robert à quand la relève de la jeunesse, comment est-ce que vous comptez passer le relais pour que la Jeune génération continue le combat ? Oserait-il répondre, je suis le père de l’indépendance, et
cela fait 40 ans que je réflèchis à la question, mais je me donne encore 5 ans pour y penser ! Mais plus réaliste encore, le voyage de François Hollande pour les obsèques de Madiba, était une simple escale pour la Centrafrique, où il se rendait pour demander à son préfet Djotodja nommé en Avril 2012 de quitter le pouvoir sous peu ! Hypocrisie Françafricaine? Une Honte inavouée désormais immortalisée ! Nelson Mandela était comme un sage un peu encombrant, un élève surdoué au milieu des cancres, une icône dont les occidentaux se sont également appropriés comme un exutoire de la honte éternelle qui habite ceux qui ont légitimé la colonisation et qui en vivent, ceux qui ont soutenu ou toléré l’Apartheid, mais que par la personne de Mandelà le peuple Africain  a pardonné. Et Mandela fit le tour de l’occident, rencontrant tous ces dirigeants, A Magaret Tatcher il disait implicitement : je n’ai aucune haine ni rancœur, mais je suis venu vous dire que dans le pays de mes ancêtres, je n’ai toujours pas le droit de voter.  A François
Mitterrand il disait : « nous n’avons pas l’intention de jeter tous les blancs à la mer et ce serait une grave erreur, nous avons besoins d’eux pour bâtir la nouvelle Afrique du Sud et vous qui êtes leur soutien vous pouvez leur faire entendre cela » . Au Sénat Américain, il leur a rappelé la guerre de libération contre les britanniques et l’entente qui unie les deux peuples et que l’Afrique du Sud devait avoir cette chance ! Comment ne pas s’incliner
devant une telle grandeur d’esprit. Après avoir réconcilié les Sud-Africains et après les avoir convaincus d’oser le pardon il a fait ce qui le séparera toujours de beaucoup de dirigeants Africain, il a consacré la démocratie dans la nouvelle nation arc en ciel, comme préalable au développement économique qui a pris certes déjà beaucoup de retard. Confiant ainsi le destin de la nation à une autre génération ;  et à chaque Sud-Africain il a redonné le droit à la poursuite du bonheur et le droit de respecter la liberté de l’autre dans une cohésion qui se construit tant bien que Mal. Mais il a aussi fait une chose que certains Africains et Sud-africains ne lui ont jamais pardonnée ; il leur a ôté l’excuse favorite d’échouer, la raison que tous avançaient pour justifier le fait de rien oser, de ne point se battre pour transformer ses conditions de vie, celle que certains affectionnaient de scander au fort à la moindre difficulté : « C’est de la faute au Blancs » ou « C’est parce
qu’il y a l’apartheid ». Plus grave encore certains dirigeants Africains dont l’energie et la cohérence dans leur lutte font indéniablement défaut, se prennent quelques fois à oser le verbe contre Madiba ; C’est ainsi que le président Gbagbo dit un jour ceci : « Je ne trouve que Mandela est resté très transparent sur la nature de ses concessions faites lors
des négociations » Etant moi-même un admirateur de Gbagbo, je peux néanmoins constater que malgré ses propres concessions qu’il a faite aux Français et dont la transparence parle d’elle-même, il s’en trouve un dénouement à l’opposé de ce qu’ont connu les Sud-Africains et Mandela lui-même. Et peut être qu’une concession à Ouattara même n’ayant peut être pas gagné, aurait sauvé le pays du gouffre ! Madiba s’en est donc allé et désormais il appartient à chacun de suivre ou de ne pas suivre son héritage, il appartient à chaque combattant de choisir son héros, il appartient à chacun d’apprendre des érreurs de Mandela ainsi que de ses victoires.

Mandela Mon Héros
Loic MPANJO
Président du Think Tank Kamerun Initiatives
Upéciste Pensant

Leave A Response »