Petition for a democratic and non-violent political transition in Cameroon by 2018/Pétition pour une transition politique démocratique et non-violente au Cameroun

21 janvier 2014 0

La version française suit

Contrary to Mr Biya’s message of the 31st of December 2013 according to which the political horizon is now clear in Cameroon, Cameroonian democracy has not taken off for lack of a democratic, equitable and consensual electoral law and system. We are far late regarding these electoral reforms and this can be detrimental to us in the coming years. A political transition like the one Cameroon is going to witness in the coming years after Mr Biya’s long reign requires preparation. And it is now we must begin in order to avoid precipitation and last minute improvisations likely to expose our country to electoral violence.

Indeed, we do not want the Kenyan scenario! We do not want the Ivorian scenario! We do not want the Malian scenario! We do not want the Central African Republic scenario! Even more, we do not want the Gabonese scenario of dynastic succession! We certainly do not want foreign intervention in Cameroon. We want a non-violent democratic political transition driven from within. That’s the raison- d’être of the Observatory of the Political Transition in Cameroon which brings together all the national and international democratic forces which share this vision of the political future of our country.

The Observatory invites all to sign this petition which will be followed by actions to obtain, before the next presidential elections, a more democratic and consensual electoral system. This implies the revision of electoral law and the reform of the structure that organizes elections, namely ELECAM.

The new electoral law we call for must guarantee at least:

–     Two round presidential elections

–          Limitation of the presidential term to 5 years, renewable only once

–          The minimum voting age at 18 years old,

–          Legal provision for the electoral calendar,

–          Independence of ELECAM,

–          Single ballot system

–          Redefinition of the electoral constituency

–          Single constituency for legislative elections

–          Immediate delivery of electoral biometric card upon registration

–          The organization of elections in all embassies of Cameroon abroad

These measures and others are already in application in other countries. Why can’t it be the same with us? They are the conditions for the possibility of a democratic and non-violent transition in Cameroon by 2018. The experience of others around us has consistently shown that violence is no solution while unity is a revolutionary force. We will not destroy our country because of a dying regime. All democratic forces who share this vision of the political transition must unite and use all legitimate methods of pressure that heaven, reason and opportunity inspire to achieve the goal of a transition that respects human dignity.
The other condition for the possibility of a democratic revolution in Cameroon by 2018 is the massive registration of voters for the upcoming presidential elections. All democrats, especially young people, must register now. A non-registered democrat is a lost vote for democracy.

 

By signing this petition, you are helping to gather millions of signatures that will allow us to put pressure on the current regime to reform the electoral system. Let’s join hands and toil together, it will not be in vain!

Cameroonian Democrats Unite! Now is the time to Unite! Now!

Version française

Contrairement au message du Président Biya du 31 décembre 2013 selon lequel l’horizon politique est maintenant dégagé au Cameroun, la démocratie camerounaise a à peine décollé faute d’un système électoral démocratique, équitable et consensuel. Nous sommes en retard en matière de reformes électorales et cela peut nous être préjudiciable. Une transition comme celle qui va s’opérer au Cameroun après un long règne sans partage se doit d’être préparée. Et c’est maintenant qu’il faut s’y mettre pour éviter les précipitations et improvisations de dernière minute susceptibles d’exposer notre pays aux violences électorales. En effet, nous ne voulons pas du scénario Kényan ! Nous ne voulons pas du scénario ivoirien ! Nous ne voulons pas du scénario malien !  Nous ne voulons pas du scénario centrafricain ! Nous ne voulons pas non plus du scénario gabonais de la succession dynastique ! Nous ne voulons surtout pas d’une intervention étrangère au Cameroun. Nous voulons une transition politique démocratique non-violente et impulsée de l’intérieur. Voilà la raison d’être l’observatoire de la transition politique au Cameroun d’ici 2018.

L’Observatoire de la Transition Politique au Cameroun qui  rassemble toutes les forces démocratiques nationales et de la diaspora appelle à signer cette pétition qui sera suivie d’actions pour obtenir avant les prochaines élections présidentielles un dispositif électoral plus équitable, plus démocratique et plus consensuel. Il s’agit notamment de la révision de loi électorale et de la reforme de la structure qui organise les élections

La nouvelle législation électorale que nous voulons devra garantir au moins:

–          le scrutin présidentiel à deux tours,

–          la limitation du mandat présidentiel à 05 ans, renouvelable une seule fois,

–          le bulletin unique,

–          la majorité électorale à 18 ans,

–          le redécoupage électoral,

–          la délivrance immédiate de la carte biométrique,

–          la définition légale du calendrier électoral,

–          L’indépendance  d’ELECAM

–          l’organisation des élections dans toutes les chancelleries du Cameroun à l’étranger

Ces mesures et bien d’autres sont déjà en application dans d’autres pays du même niveau que nous qui aspirent à l’émergence. Pourquoi cela ne serait-il pas possible chez nous ? Il s’agit là des conditions de possibilité d’une transition démocratique et non violente au Cameroun à l’horizon 2018. L’expérience autour de nous a montré que  la violence ne résout rien alors que l’union fait la force. Nous n’allons pas détruire notre pays à cause d’un régime en fin de cycle. Toutes les forces démocratiques qui partagent cette vision de la transition politique doivent s’unir et utiliser toutes les méthodes de pression légitimes que le ciel, la raison et l’opportunité inspireront pour atteindre l’objectif d’une transition dans le respect de la dignité humaine.

 

L’autre condition de possibilité de la révolution démocratique au Cameroun à l’horizon 2018  est l’inscription massive sur les listes électorales en prévision des prochaines élections présidentielles. Tous les démocrates, surtout les jeunes, doivent s’inscrire. Un démocrate non inscrit est un vote perdu pour la démocratie.

 

En signant cette pétition, vous contribuez à rassembler les millions de signatures qui nous permettront de faire pression sur le régime en place en vue de la reforme du système électoral. Donnez-vous cette peine, elle ne sera pas vaine !  Participez la révolution démocratique au Cameroun.

Démocrates Camerounais, unissons-nous !  C’est maintenant qu’il faut s’unir ! C’est maintenant !

Leave A Response »